Offrez à vos enfants une belle réputation à mériter

« Tu écris bien. » Cette petite phrase, en apparente anodine, peut tout changer chez une personne. Car, quand on reçoit un compliment, quel qu’il soit, on le garde au plus profond de soi, on le chérit, on se le répète, on s’en souvient. Car même si on pense qu’il n’est pas vrai, au fond de soi on se dit « Et si, quand même, c’était vrai ? » 

Dale Carnegie, dans son livre « Comment se faire des amis », suggère de se comporter avec toute personne « comme si » elle avait toutes les qualités que vous voudriez qu’elle ait.

C’est très puissant.

« Feignez de croire à l’existence de telle ou telle vertu chez la personne que bous voulez perfectionner. Affirmez ouvertement votre confiance en elle. Donnez-lui une belle réputation à justifier, et elle fera des efforts prodigieux pour éviter de démériter à vos yeux.« 

Pour que votre enfant devienne bon en histoire, alors qu’il n’aime pas cette matière ou s’estime mauvais (parce qu’il a enchainé de mauvaises notes), il suffit de se comporter avec lui comme s’il était un dieu en histoire. On a tous envie de tout faire pour mériter une belle réputation. Alors, si quelqu’un nous montre que c’est possible, cela brise la certitude que cela ne l’est pas.

Dale Carnegie raconte l’histoire suivante :

« En 1883, vivait à Naples un enfant de dix ans qui travaillait dans une usine. Il rêvait de devenir chanteur. Malheureusement, son professeur l’avait découragé : « Tu n’as aucune voix, lui avait-il affirmé. Quand tu chantes, on croit entendre grincer des persiennes. » Mais sa mère, pauvre paysanne, le consola. Elle le prit dans ses bras, lui dit qu’elle était sûre de son talent, l’assura qu’elle avait déjà remarqué un progrès dans son chant. Elle travailla, se priva, marcha pieds nus pour payer des leçons de musique de son fils… Les encouragements de sa mère transformèrent la vie de ce garçon. Vous avez sans doute entendu parler de lui : il se nommait Caruso.« 

« Si nous savons révéler les trésors cachés à ceux qui nous entourent, nous ferons beaucoup plus que les influencer ou les stimuler. Nous les ferons progresser et se métamorphoser. » Nous avons tous une « puissance quasi magique de stimuler les autres par nos encouragements sincères et de leur faire connaître les talents qui sommeillent en eux. » poursuit Dale Carnegie.

Faites « comme si« 

A l’école, malheureusement les encouragements sont rares. La notation est là pour montrer du doigt ce qui ne va pas. On voit l’effet dévastateur de cette méthode dans le système des classes préparatoires : combien de personnes sortent de ces classes en ayant perdu toute confiance en eux ?

On ne réussit pas en entendant d’autres nous dire qu’on est nul, surtout si on le pense déjà. On réussit si on pense qu’on peut s’améliorer. Et, cela, on peut encore mieux le penser si d’autres le pensent pour vous et vous le disent.

Interrogez-vous sur l’image que vous avez de vos enfants.

Dans quelles cases les mettez-vous (volontairement ou non) ? Y a-t-il des idées que vous pensez à propos d’eux que vous pourriez changer, notamment en ce qui concerne leur scolarité : « il est fainéant », « il rate tout », « il n’a aucune mémoire », « il est mauvais en maths »… Est-ce que c’est vraiment toujours vrai ?

Les maths ne sont pas le fort de votre enfant ? Identifiez les qualités dont il fait preuve ailleurs qui sont identiques aux qualités attendues en maths : il est précis ? il est logique ? il calcule vite ? il résout des énigmes ?

Vous êtes d’accord que s’il a ces qualités, il a les moyens de réussir, non ?

Alors : et si vous vous conduisez avec lui comme s’il était fort en maths ?

Instillez en lui l’idée qu’il a les qualités requises pour réussir. Qu’il les ait ou non, cela le poussera à les travailler davantage et à exceller.

C’est ce que les psychologues sociaux appellent simplement la labellisation (ou labeling en anglais). « Comme tu es un gros bosseur, je suis certain que tu rattraperas cela rapidement » est à favoriser à « Comme tu es très fainéant, je ne vois pas comment tu vas pouvoir rattraper ça. »

Si vous réussissez à lui montrer que vous avez confiance en ses capacités, il tendra alors vers l’excellence en voulant s’améliorer.

Peut-être qu’au début cela sera un peu difficile pour vous de changer de manière de penser. Mais, ça vaut le coup d’essayer, non ?

Commentaires

6 comments on “Offrez à vos enfants une belle réputation à mériter”
  1. Laurent dit :

    Merci Valérie, je partage à 100%! C’est la méthode Coué. Dans le même ordre d’idée, mais comme un « négatif photographique » de cette idée de stimulation mentale, j’ai rencontré qq’un qui a bannit le verbe « être » de son vocabulaire pour sortir de ce qu’il impose de jugement, d’enfermement, de caractère définitif… à méditer! Bises

    J'aime

    1. Valérie dit :

      Merci Laurent ! Très belle suggestion effectivement !

      J'aime

  2. lolita1512 dit :

    Un grand merci Valérie pour ces sujets toujours très pertinents et pleins de sens lorsque l’on a envie d’accompagner au mieux ces enfants.
    Ton Blog est une vraie mine d’or….J’aurais presque envie de t’interviewer à mon tour :
    > Comment choisis tu tes sujets ?
    > quel est ton fil conducteur ? pourquoi un sujet plutôt qu’un autre ?
    > et si tu mettais tous ces conseils par écrit ? y as tu pensé ?
    > Ou trouves tu le temps ?

    Encore un immense merci .
    Madalena

    Aimé par 1 personne

    1. Valérie dit :

      Bonjour Madalena, merci, merciiii !!
      Je choisis mes sujets en fonction de mes lectures, de mes expériences avec mes enfants (genre, ils rencontrent une difficulté et j’essaye de les aider en testant une technique; si elle marche, je la partage)… Je choisis des sujets qui me parlent particulièrement.
      Quand tu dis « mettre par écrit », qu’entends-tu par la ?
      bon, et question de temps 🙂 en fait, je n’en sais rien, mais je dégage du temps le week end pour faire ca. Et ca me plait 🙂
      Bon, des fois je n’ai pas trop le temps, et mes articles sont plus courts 🙂
      Merci encore 🙂

      J'aime

  3. Solenne dit :

    Excellente idée! J’ai par ailleurs mis en pratique cette semaine le « toi tu sais, et moi non, donc apprends-moi », avec le solfège et la lecture de notes. Quelle fierté dans ses yeux de constater qu’il peut m’apprendre des choses et que je peine moi aussi. Il s’est rendu à son cours plus déterminé que jamais!

    Aimé par 1 personne

    1. Valérie dit :

      ca c’est clair ! Merci pour ce beau témoignage !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s