Astuces à tester Réflexions et analyses

Marcher côte à côte : une super technique pour avoir des discussions profondes

Vous avez envie d'avoir une discussion profonde avec votre conjoint/votre ado/votre collaborateur/votre patron ? Partez marcher à deux...

Quand j’étais au lycée, avec ma meilleure amie nous parcourions des kilomètres durant la récréation à force de faire des allées et venues entre le bâtiment et la barrière verte du bas de la cour de récréation : aller-retour, aller-retour, aller -retour…

Et nous discutions, nous discutions…

Je n’avais pas, à l’époque, compris que marcher côte à côte comme nous le faisions était en fait ce qu’il y avait de meilleur pour une discussion vraiment profonde, de coeur à coeur.

C’est ce que je viens de découvrir en faisant quelques recherches…

Marcher augmente l’attention

Le saviez-vous ? Napoléon Bonaparte dictait ses lettres en faisant les cent pas.

En effet, le mouvement – et la marche en particulier -, stimule le cerveau et favorise :

  • l’attention : des chercheurs américains ont montré que lorsque des enfants atteints d’hyperactivité étaient en mouvement leur concentration s’améliorait (source : étude).
  • et la créativité : une étude de l’université de Stanford  souligne que marcher permet d’augmenter de 60% sa créativité, puisque le corps et le cerveau sont liés.

En fait, quand le corps bouge, le cerveau fonctionne mieux !

“Lorsque le corps bouge, cela stimule la respiration, et l’oxygénation est bien meilleure. La circulation générale s’active, par la production de plusieurs hormones qui augmentent la pression dans beaucoup d’organes et qui s’acheminent vers le cerveau.” Stéphane Gayet, médecin

Ainsi, lorsqu’on marche, on écoute mieux, et on est plus concentré.

💡 Un bon truc à garder en tête : marcher permet de se concentrer sur une activité. Il est recommandé de marcher lorsque l’on souhaite apprendre un texte ou une poésie par exemple.

Marcher évacue la charge émotionnelle

En plus de nous rendre plus concentré et plus à l’écoute, la marche permet de dissiper l’énergie et d’évacuer les trop pleins d’émotions.

Une émotion, c’est de l’énergie. Souvent beaucoup d’énergie qui vient contracter nos muscles, accélérer le coeur, le rythme de la respiration…

D’ailleurs « se mouvoir » et « s’émouvoir » possèdent la même racine….

Quand on ressent une émotion on a souvent besoin de « faire » quelque chose :

  • taper lorsque l’on est en colère
  • pleurer quand on est triste….

L’énergie de nos émotions se retrouve également dans notre corps : accélération du rythme cardiaque, respiration, température, sécrétions hormonales, tension artérielle, activité musculaire, activité cérébrale….

Bouger permet d’évacuer cette énergie et transforme l’énergie désagréable qui contracte le corps en énergie agréable qui procure calme et apaisement.

En plus, lorsqu’on bouge, le corps

  • consomme du cortisol, l’hormone du stress
  • et produit des endorphines, l’hormone du bien-être.

Après avoir bougé, en général on est bien et relâché.

Marcher est un exutoire à une charge émotionnelle et permet de l’absorber.

Marcher permet donc d’aborder sereinement des discussions profondes ou sensibles.

🦖🦕 À l’époque de la Préhistoire, il semblerait que nos ancêtres adoptaient déjà la marche pour évacuer le stress ressenti face à un danger.

Marcher donne de l’énergie

Notre corps n’est pas fait pour rester immobile.

Rester assis, lorsqu’une conversation est longue, demande donc énormément d’énergie. Bouger stimule le métabolisme et permet d’augmenter considérablement notre niveau d’énergie, comme l’explique le médecin Stéphane Gayet dans une interview :

“Marcher active le système musculaire, cardio, l’appareil pulmonaire, et donc cela mobilise les ressources en glucose pour le cerveau. Cela nous permet de garder la forme lorsqu’on parle à un interlocuteur qui n’est pas en face de nous”

Marcher synchronise avec l’interlocuteur

Le simple fait de marcher côte à côte, même sans communication verbale, suffit à modifier la relation entre deux personnes, et même… deux étrangers !

Plusieurs études avaient déjà démontré que synchroniser un mouvement pouvait avoir des conséquences sociales positives (par exemple la synchronisation des mouvements du corps entre les thérapeutes et les patients lors des séances cliniques). Mais jusque là, on se demandait si les conversations n’étaient pas le facteur principal ou partiel des bénéfices observés.

Une nouvelle étude publiée en 2020 a essayé d’évaluer si lequel des facteurs – de la marche ou de la conversation, avait de l’influence sur l’opinion qu’on avait des autres.

Les chercheurs ont aléatoirement associé par paires des participants qui ne se connaissaient. Ils ont demandé à chacun de noter leur opinion sur l’autre.

Puis ils ont divisé le groupe en 3 catégories :

  • des personnes qui restaient assises, deux par deux, et devaient remplir un questionnaire dans une salle de classe
  • des personnes qui devaient marcher côte à côte, silencieusement à l’aller, puis discuter au retour
  • des personnes qui devaient marcher côte à côte, silencieusement aller et retour.

En outre, les chercheurs ont induit les participants en erreur sur la véritable nature de l’étude pour les empêcher de synchroniser intentionnellement leurs pas.

Puis ils ont, à nouveau, demandé leur impression l’un envers l’autre. 

Les résultats ont montré une augmentation des notes d’impression pour les deux groupes de participants ayant marché ensemble, mais pas pour le groupe de participants qui ont simplement passé du temps ensemble.

Cela suggère que le fait de marcher côte à côte, même sans communication verbale, suffit à modifier la relation sociale entre deux étrangers.

Les résultats ont également montré que les conversations renforçaient encore les impressions des participants qui étaient autorisés à parler.

Le mouvement permet de compenser l’absence de contact visuel : le mouvement est une forme de communication « non-verbale ».

Marcher à deux permet d’être plus profond et plus productif !

Marcher à deux est donc une technique à utiliser sans modération.

D’ailleurs, dans le monde professionnel, remplacer les réunions par du « co-walking » est une nouvelle tendance :

  • L’échange est plus naturel et constructif
  • on est plus créatifs
  • la marche libère la parole : il est plus facile de parler sur un terrain neutre, que derrière un bureau
  • c’est plus facile d’aborder des sujets sensibles puisque la marche permet d’évacuer les émotions
  • les collaborateurs se sentent plus concernés

Mais c’est aussi une excellente pratique pour les discussions de couples, les discussions avec son ado ou… les discussions profondes entre copines, comme ce que je faisais quand j’étais plus jeune 🤪.

Source : https://www.coaching-sante.net/blog/la-synchroniseration-de-la-marche-modifier-la-relation-sociale-entre-deux-personnes-etrangeres.html

À propos Valérie

Je m’appelle Valérie, je suis mariée, mère de 3 enfants, et entrepreneure. J’ai co-fondé WeNow, une start-up qui vise à réduire l’impact des déplacements en voiture sur la planète. Pour en savoir plus sur cette aventure : wwww.wenow.com Multi-passionnée, je m’intéresse en particulier à la pédagogie, au développement personnel et à tout ce qui touche aux sciences comportementales ou aux travaux sur le cerveau. Fin novembre 2018, j’ai suivi le forum « Wake up, ou comment arrêter de vivre sa vie à moitié endormie ». J’ai décidé que je voulais vivre une année extraordinaire. Pour cela, je pose des actes à la hauteur de mes ambitions, pour être « le changement que je veux voir dans le monde » comme le suggérait Gandhi.

0 comments on “Marcher côte à côte : une super technique pour avoir des discussions profondes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :