Ré-apprendre à s’émerveiller

Voilà une belle chose : s’émerveiller… J’adore ce mot. Et pourtant, n’oublie-t-on pas tous, tous les jours, de s’émerveiller ? C’est normal ! Notre cerveau déteste faire des efforts – car lorsqu’il en fait il consomme énormément d’énergie. Alors, une fois la nouveauté passée, la situation jugée comme stable et sécurisante, il s’y habitue. Il ne prend plus le temps de re-considérer les lieux, les gens, les situations… C’est comme cela qu’on passe à la routine, et qu’on aime s’y réfugier. Ce n’est pas comme cela qu’on développera notre cerveau…

Christian Clot, le cerveau en conditions extrêmes

Je viens d’écouter Christian Clot, un aventurier de l’extrême dans un podcast inspirant (que je vous recommande vivement) : Wake up.

Pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau humain, il mène des expéditions dans les lieux les plus dangereux sur Terre, comme le désert en Iran par 70°C ou encore Sibérie avec un froid polaire. Il cherche en particulier à savoir si le cerveau s’adapte, jusqu’où il s’adapte et comment il s’adapte. Pour cela, il met son cerveau (et son corps) en conditions extrêmes.

Il revient ensuite, et, à l’aide d’IRM, on analyse toutes les modifications que son cerveau a subies.

Ce qui est fabuleux c’est qu’il a découvert que notre cerveau a en fait de fabuleuses capacités d’adaptation. Il est même beaucoup plus adaptable que ce que l’on pense. D’après lui, on peut « modifier assez profondément certaines capacités de fonctionnalités cognitives en re-créant- ou parfois en détruisant – des masses de neurones, de connexions de synapses et autres. Et ce, de manière beaucoup plus rapide que ce que l’on connaît et surtout durant TOUTE LA VIE. » D’après lui, on peut progresser à tout âge.

« le progrès est impossible sans changement, et ceux qui ne peuvent jamais changer d’avis ne peuvent ni changer le monde, ni se changer eux-mêmes »


George Bernard Shaw

Changer pour apprendre

Mais pour cela, pour que le cerveau change, se modifie, il faut qu’il ait un apport nouveau. Il prend l’exemple de quelqu’un qui voudrait densifier sa musculature : s’il ne fait que le regarder, la structure du muscle ne se modifiera pas. Il faut qu’il lui fasse faire des mouvements pour modifier son bras et en plus, varier les mouvements parce que sinon c’est un seul bout du muscle qui se modifiera.

Pour le cerveau, c’est pareil. Si on fait toujours les mêmes activités, on ne développera pas son cerveau : on ne fera travailler que les zones qui sont déjà développées. Lorsque, inversement, on sollicite son cerveau sur ce nouvelles activités (aller voir une exposition de peinture, apprendre une nouvelle langue, …) on sollicite de nouvelles parties de notre cerveau.

Pourquoi on a le sentiment que les personnes plus âgées ne développent plus leur cerveau ? Parce qu’elles arrêtent de faire des choses nouvelles.

N’arrêtons donc jamais de faire des choses nouvelles !

Et si nous entraînions nos enfants (et nous-mêmes au passage) ?

Je pense personnellement qu’apprendre à faire des choses nouvelles, apprendre à aimer faire des choses nouvelles est une compétence indispensable à apprendre à nos enfants. Et qu’on peut les aider à aimer cela.

Alors, certes, on ne peut pas tous partir dans un désert comme Christian Clot. En revanche, nous pouvons tous devenir des aventuriers de notre vie ordinaire.

Voici une liste d’idées créatives et farfelues pour introduire de la nouveauté dans la vie de tous les jours avec nos enfants : surprenons nos enfants pour leur offrir ce cadeau merveilleux de rester continuellement étonné, curieux, … émerveillé.

  • Explorer de nouveaux lieux dans la ville, de nouvelles rues
  • Changer de trajet pour aller à l’école
  • Voyager (autre pays, autre ville, autre région)
  • Changer de chambre : et si ce soir chacun dormait dans la chambre de l’autre ?
  • Aller dormir chez des amis : une manière géniale de découvrir de nouvelles cultures familiales, de nouvelles règles
  • Changer de place à table : je ne sais pas chez vous, mais chez nous il y a une place habituelle à table pour chaque membre de la famille (idem dans le salon d’ailleurs). Et si on changeait ?
  • Dormir tête bêche..
  • … ou sous le lit comme une cabane
  • … ou dans un autre endroit étonnant dans la maison (sur le canapé du salon, dans le bureau)
  • … ou sous la tente / à la belle étoile dehors
  • changer le petit déjeuner : vous aviez l’habitude de leur préparer des tartines ? Faites-leur une bonne omelette… et pourquoi pas un plat salé qu’ils ont l’habitude de manger à midi, pas au petit déjeuner
  • commencez par le dessert
  • Proposer un repas ailleurs qu’à table : dans le lit, par terre comme les japonais, …
  • Manger des aliments que vous n’avez jamais mangés, ou que vous n’avez pas l’habitude de manger
  • Partir en picnic
  • Oser se perdre ou prendre la direction inverse de celle qui est proposée
  • demander aux enfants d’organiser un roadtrip (pour les plus grands) : munissez-les d’une carte, de guides touristiques / donnez-leur une zone géographique et un timing… et hop ! a eux de jouer
  • Changer son parcours habituel dans un magasin / changer de magasin
  • Changer de moyen de locomotion : essayer le vélo, la trotinette, …
  • Aller faire des photos avec des objectifs précis : faire une photo d’un truc historique / d’un objet vert qui n’est habituellement pas de cette couleur…
  • Dessiner un paysage : en dessinant un paysage, on découvre de nombreuses choses qu’on n’avait jamais vues avant
  • Tester de nouvelles activités
  • Le soir, allumer des bougies
  • Suivre un cours en ligne avec son enfant
  • Trouver un restaurant insolite
  • Organiser une activité surprise

Et vous, quelles sont les idées que vous aimeriez mettre pour compléter cette liste ?

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

Albert Einstein

Ecoutez sa conférence TEDx inspirante.

Commentaires

2 comments on “Ré-apprendre à s’émerveiller”
  1. Solenne dit :

    Il faut parfois changer peu de choses dans son quotidien, pour découvrir de nouvelles choses et s’émerveiller à nouveau. j’ai testé de juste changer de trajet le matin, et j’ai eu le sentiment d’un grand bol d’air (alors que j’étais 2 rues plus loin…!)

    Aimé par 1 personne

    1. Valérie dit :

      merci pour ce témoignage 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s