Réflexions et analyses

6 trucs pour réduire sa fatigue

Prendre des décisions fatigue. Voici 6 trucs pour réduire la "fatigue décisionnelle"

Vous vous sentez fatigué ?

Et si c’était parce que vous prenez trop de décisions ?

Certains estiment que, chaque jour, nous prenons près de 35 000 décisions

(je vous avoue que quand j’ai lu ce chiffre dans plusieurs articles, je me suis demandé qui avait donc réussi à compter ca et comment il s’y était pris ?👀 J’ai cherché les études scientifiques sous-jacentes… et je ne les ai pas trouvées. Il semble même que personne ne soit d’accord sur le chiffre… Mais tout le monde s’accorde sur le fait que nous en prenons bien plus que ce dont on est conscient…)

Bref. Nous prenons beaucoup de décisions sans nous en rendre compte

Parce que ces décisions passent en majorité inaperçues

(Ce sont des décisions du style : comment s’habiller ? Que vais-je prendre comme petit-déjeuner ? A quelle heure dois-je partir ?)

Et la société de consommation nous pousse à en prendre de plus en plus.

Parce que nous avons de plus en plus de choix.

De plus en plus d’informations.

De plus en plus d’alternatives. 

C’est vrai, qu’avant, il n’y avait pas autant de marques de téléphone ou de céréales !🤪

Décider fatigue

Les scientifiques ont démontré que plus nous avions de choix, moins nous étions capables de choisir.

Plusieurs expériences ont été menées.

  • La première a montré qu’un trop grand choix paralyse la capacité de décision. Pour démontrer cela, les scientifiques ont proposé deux stands de dégustation. L’un proposait un choix de 24 confitures à déguster. L’autre proposait un chois réduit de 6 confitures. Seuls 3% des personnes qui se sont rendues au premier stand ont acheté des confitures, contre 30 % pour le second.
  • La seconde étude a montré que les participants qui devaient choisir entre 30 chocolats différents étaient plus susceptibles de regretter leur décision que ceux qui n’avaient qu’un choix de 6 variétés.
  • Une troisième étude a montré que prendre des décisions de manière répétée provoquait un affaiblissement de la maîtrise de soi. Pour cela, les scientifiques ont demandé aux participants de l’étude de rayer toutes les lettres «e» d’un document. Sauf qu’il ne devaient rayer que celles qui étaient séparées d’une autre voyelle par au moins deux consonnes (pas le «e» d’«abeille» ou de «voyelle», mais celui de «méthode», par exemple). Une tâche ennuyeuse mais qui demande une concentration extrême et multiplie le nombre de choix. Ils ont ensuite mis les participants devant une vidéo, tout en précisant qu’ils pouvaient interrompre le film à tout moment pour regarder un extrait de l’émission de divertissement Saturday Night Live. La vidéo était ennuyeuse à mourir : on avait simplement filmé un mur blanc en plan fixe. Un groupe disposait d’un bouton pour arrêter la vidéo ; l’autre devait maintenir un bouton enfoncé pour la visionner. Le premier groupe a regardé la vidéo du mur blanc pendant plus longtemps parce que leur capacité décisionnelle était tellement épuisée qu’ils n’avaient même plus la force d’appuyer sur un bouton.

Plus fort : il semble que ce qu’on essaie d’éviter de faire peut également nous mettre à plat : résister à l’envie de prendre un chocolat nous fatigue autant qu’une décision parce que… nous prenons plusieurs fois consécutive la décision de ne pas en manger !

D’après les chercheurs «L’effort physique fatigue les muscles; de la même manière, le fait de mobiliser sa maîtrise de soi affaiblit cette maîtrise à court terme.»

La fatigue décisionnelle

Le psychologue Roy F. Baumeister a appelé cette fatigue la « fatigue décisionnelle« . Notre cerveau est un peu comme nos muscles : il se fatigue lorsqu’il fournit un grand effort. En l’occurrence, l’effort pour le cerveau est de prendre des décisions. Et lorsqu’il est exténué, alors il se met en « économie d’énergie » : il va nous pousser à prendre des décisions de manière plus impulsive – ou à ne plus prendre de décision du tout. 

La surabondance de choix épuise notre volonté et, par extension, notre capacité à choisir. On devient incapable de bien évaluer les risques de nos décisions, anticiper les conséquences… un peu comme lorsqu’on manque de sommeil.

La solution ? Limiter le nombre de décisions à prendre.

6 trucs pour réduire le nombre de décisions

1. Prendre du temps en amont pour limiter ses décisions ensuite

On peut limiter le nombre de décisions à prendre en prenant des moments pour préparer nos décisions en amont. J’appelle ça « déposer sa tête ». Il est souvent reposant de suivre un mode d’emploi pour ne pas avoir à se poser de question. Cela permet aussi d’éviter de procrastiner et passer plus facilement à l’action. Voici les techniques que j’ai trouvées :

Automatiser

Certaines décisions peuvent être automatisées pour gagner du temps et libérer notre cerveau de choix sans intérêt.

👉 Steve Jobs, Mark Zuckerberg, ou encore Barack Obama et même Angela Merkel ont ainsi « standardisé » leur garde-robe pour éviter de se poser la question chaque matin. D’autres ont encore fait le choix de standardiser leurs petits déjeuners ou leur routine du matin.

Préparer

Sans aller jusqu’à automatiser, on peut définir des plages de temps sur lesquelles on va préparer nos choix pour une semaine. Par exemple, réfléchir à toutes nos tenues de la semaine, à tous nos repas de la semaine… L’intérêt ? concentrer les décisions à un moment où on a de l’énergie et éviter d’en prendre quand on n’en a pas.

  • 🥘 Prévoir tous les repas de la semaine : le soir, on est souvent fatigués et réfléchir à ce qu’on va faire à dîner devient compliqué… On est tenté de faire simple… et de prendre un plat tout fait (ca vous est arrivé, vous aussi ? 🤨) C’est la raison pour laquelle, chez nous, nous avons fait le choix de planifier tous les repas de la semaine : plus de question métaphysique, le soir, et une grande aide pour les courses.
  • 👗 Choix des habits : personnellement, je prépare aussi mes habits chaque soir pour le lendemain, car j’ai remarqué que le matin j’avais plus de mal à me décider…
  • 👟 Préparer ses affaires de sport le soir pour le lendemain : en préparant en amont vos affaires de sport, vous évitez de prendre la décision au moment d’y aller. Vu que tout est prêt, vous n’avez qu’à enfiler votre tenue de sport et partir, sans avoir besoin de faire de choix puisque le choix a été fait en amont, ce qui est beaucoup plus facile qu’au moment d’y aller.
  • 🎶 Listes de lecture : je sélectionne en avance une liste de podcasts à écouter. Comme cela, lorsque je me mettrai à courir ou lorsque je prendrai ma voiture, je n’hésiterai pas 3 heures sur ce que je vais écouter. On peut faire la même chose sur les livres à lire ou encore les vidéos à regarder.
  • 🗓 Planification des tâches : j’ai aussi découvert que j’étais plus productive si j’ai planifié la veille ce que j’allais faire le jour suivant (à la fois ce que je vais faire, dans quel ordre je vais le faire et combien de temps je vais y consacrer), car je m’évite de me poser la question de bon matin, et tourner en boucle ce que je dois faire.
  • 🎁 Se préparer des surprises : pour ceux qui ne veulent pas manger tous les jours le même petit-déjeuner, pourquoi ne pas préparer dans une urne plusieurs repas qui nous font envie, et, le matin, piocher et découvrir ce que le hasard nous propose ? 

Programmer

Programmer des tâches récurrentes évite de réfléchir chaque jour : on sait quand on doit les faire car on s’est mis un rappel.

Quelques exemples : 

  • 🛒 Chez nous, nous faisons les courses le samedi pour la semaine. Ainsi, les autres jours, la question des courses ne se pose pas.
  • 🛌 J’ai également un planning de changement des draps, par exemple, qui est programmé avec des alertes. Je n’ai donc pas à réfléchir quand je l’ai fait pour la dernière fois.
  • 🏃‍♀️🏃 S’inscrire à un cours de sport est aussi un bon moyen pour être sûr de faire du sport : c’est une tâche inscrite sur votre agenda.

Ecrire des procédures

Lorsqu’il y a plusieurs gestes à faire, il est utile de s’écrire des « check lists » pour éviter d’avoir à re-réfléchir à ce que nous devons faire.

  • Par exemple, j’ai écrit différentes listes de choses à emporter (et à faire avant de partir) lorsque nous partons en vacances pour un week-end en amoureux, pour des vacances d’été avec les enfants… Ces listes, je les ai améliorées avec le temps, en y rajoutant ce qui manquait ou en enlevant ce dont on n’avait plus besoin (oui, parce qu’aujourd’hui, par exemple, on n’a plus besoin de penser aux biberons…). Quand on part en vacances, c’est hyper confortable. Je sais que je n’ai pas à réfléchir et que je n’oublierai rien.
  • On peut utiliser aussi cette check list pour ne rien oublier le matin.

2. Réduire le nombre d’options

Rappelez-vous l’expérience des confitures : plus on a de choix, moins c’est facile de choisir. Alors limitez-vous le nombre de choix à 3 ou 5 maximum.

3. Se fixer des délais courts

On peut passer des heures et des heures à choisir. Et, on le sait, la perfection n’existe pas.

Alors une technique radicale, c’est de s’obliger à choisir en moins de cinq minutes. De facto, on aura moins de choix. Et on évitera de rester paralysé.

Encore plus radical : déclenchez un chronomètre ! L’idée c’est de créer un sentiment d’urgence qui vous oblige à faire un choix rapidement en écoutant votre instinct.

4. Lâcher-prise et déléguer

Pour les tâches de moindre importance, pourquoi ne pas les déléguer ?

Le choix du film à regarder, le choix d’un repas, le choix d’une activité…

Déléguer la décision à un autre est un super répit pour votre cerveau.

💡 J’ai lu que certains utilisent un générateur de réponse : il suffit de poser sa question, cliquer sur un bouton, et le site vous répondra aléatoirement par un simple «oui» ou «non».

5. Bloquer ce qui peut nous distraire

Tout ce qui peut nous distraire nous oblige à prendre des décisions inconscientes :

dois-je répondre ou non à cet appel ? Est-ce que j’ouvre cet e-mail pour voir ce que ce client me dit ? Ce chocolat dans le placard me donne envie : pourquoi je n’en prendrais pas un peu ?

Quand on doit résister à certaines tentations, on utilise sa volonté… et donc on se fatigue inutilement. Car on peut éviter d’avoir ces tentations en organisant notre environnement de manière à avoir le moins de petites décisions possibles à prendre :

  • Bloquez tout ce qui peut vous distraire : téléphone, notifications d’e-mails, etc. Réservez-vous quelques heures par jour pour vous occuper de tout ce qui n’est pas trop exigeant.
  • Modifiez votre environnement de façon à ne pas avoir de tentations à portée de main ou de vue.

6. Recharger les batteries en s’accordant des pauses

Avez-vous remarqué qu’on a souvent de bonnes idées sous la douche ou en marchant ? En accordant cette pause à votre cerveau, vous lui permettez de pouvoir améliorer ses connections neurologiques et ainsi générer de meilleurs décisions. 

Alors, après une série de choix, accordez-vous une pause : prenez une longue pause déjeuner, allez vous balader, mangez un en-cas sain…

Voili voilou. J’espère que cet article vous a plu.

Aviez-vous déjà découvert que décider fatiguait ? aviez-vous déjà utilisé certaines de ces techniques ? En avez-vous d’autres ? Dites-moi tout en commentaire 👇

Petit bonus : super vidéo sur l’importance des routines pour le cerveau

Sources :

À propos Valérie

Je m’appelle Valérie, je suis mariée, mère de 3 enfants, et entrepreneure. J’ai co-fondé WeNow, une start-up qui vise à réduire l’impact des déplacements en voiture sur la planète. Pour en savoir plus sur cette aventure : wwww.wenow.com Multi-passionnée, je m’intéresse en particulier à la pédagogie, au développement personnel et à tout ce qui touche aux sciences comportementales ou aux travaux sur le cerveau. Fin novembre 2018, j’ai suivi le forum « Wake up, ou comment arrêter de vivre sa vie à moitié endormie ». J’ai décidé que je voulais vivre une année extraordinaire. Pour cela, je pose des actes à la hauteur de mes ambitions, pour être « le changement que je veux voir dans le monde » comme le suggérait Gandhi.

5 comments on “6 trucs pour réduire sa fatigue

  1. Top comme d’habitude … Merci Valérie 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Mas Michèle

    Chaque fois on en apprend un peu plus sur nous et les ressorts qui nous font agir et réagir. C’est étonnant et un peu angoissant parfois!!
    Le coup des listes de choses à amener en WE ou en voyage est super…je le pratique depuis longtemps! Mais le carré de chocolat…alors on y va ou pas??
    Bravo pour tous ces articles vraiment chouettes et instructifs mais quel boulot ça doit demander!!!

    Aimé par 1 personne

Répondre à Duparc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :