Comment faire de nos enfants des créatifs brillants ?

La créativité c’est la capacité à créer des connexions nouvelles et originales entre des idées, des événements, des choses qui sont, à première vue, totalement dissociés. Pour beaucoup, la créativité est un don. On est créatif. Ou on ne l’est pas. Je pense, pour ma part, que tout le monde en a la capacité, mais que certains ont refoulé leur créativité à l’adolescence. Tous les enfants ont une créativité débridée. A l’adolescence, en revanche, cela change. Stress du regard des autres, besoin d’appartenance, besoin de conformité sociale : les adolescents essaient plutôt de s’inclure dans un groupe et effacent tout ce qui ne leur parait pas être la norme. On devient moins réceptif à des idées nouvelles, on se ferme à tout ce qui n’est pas validé par le groupe. 

La créativité est pourtant une des « soft skills » importantes dans la vie professionnelle. Et cela va devenir de plus en plus crucial pour réinventer le monde. Comment, dès lors, faire en sorte qu’ils ne perdent pas leur créativité ?

Etre attentif à ne pas éteindre leur créativité

Robert Sternberg, psychologue à l’Université de Cornell et chercheur en science de la créativité, a démontré dans plusieurs de ses publications que la créativité était avant toute chose une décision. Certains ont décidé qu’ils étaient créatifs, d’autres pas. Parce qu’on leur a collé une étiquette de « non créatif » ou parce qu’ils se sentent nuls en dessin ? Parce que lorsqu’ils ont été créatifs, cela s’est toujours soldé par une punition ?

Cette photo me plait beaucoup. L’enfant crée, l’adulte sanctionne…

Première recommandation : encouragez la créativité chez vos enfants. Ne les laissez pas douter de leur créativité. Ne leur collez pas une étiquette, qui restera à jamais. Si jamais leur créativité est trop débordante, parlez-en avec lui sans le culpabiliser. Vous pouvez aussi utiliser l’humour…

quand ton enfant dessine sur les murs et que tu le prends avec humour...
Trouvé sur l’excellent site http://www.creapills.com

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ce texte que j’ai trouvé génial de Nouhad Hamam, qui explique comment il est devenu créatif : grâce à sa grand-mère qui lui a mis un pinceau entre les mains et qui lui a demandé de reproduire des tableaux… et qui a cru en lui !

Ouvrir le champ des possibles

J’ai eu la chance d’entendre Jacques Fradin, médecin et thérapeute cognitif et comportemental, lors d’une conférence sur le salon produrable. Pour lui, nous devons apprendre à raisonner de manière globale et intuitive, et arrêter de penser en mode séquentiel. C’est pourtant le mode de pensée enseigné par l’éducation nationale, et le mode de pensée prédominant dans notre société actuelle. Pour réinventer un monde durable, il va falloir revoir nos modes de fonctionnement. Einstein disait « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » Puisque nos schémas actuels nous conduisent à la catastrophe, il nous faut apprendre à raisonner de manière différente.

Alors comment passer à un mode de pensée plus global ? Jacques Fradin expliquait qu’il faut accepter de s’intéresser à des sujets très variés, même si on ne sait pas à quoi cela va servir. Donner l’autorisation à notre cerveau de traiter des informations qui n’ont pas forcément de sens pour le moment. Notre cerveau est très fort pour créer des connexions incroyables. Plus nous nous intéressons à des sujets variés, plus nous pouvons faire des connexions nouvelles. Cela parait logique. Lorsque nous nous focalisons sur un sujet, les connexions que nous pourrons créer seront forcément limitées.

Recommandation N° 2 : alimentez sans cesse l’imaginaire des enfants. Les sorties, les livres et les chansons, sont de bonne source d’inspiration.

Permettez à vos enfants de se tromper

« Si vous n’êtes pas prêt à vous tromper, vous ne produirez jamais rien d’original. »

J’ai souvent été frappée, en accueillant des stagiaires de constater qu’ils avaient toujours besoin qu’on leur dise s’ils avaient bien fait ou non. L’école apprend malheureusement aux enfants qu’il y a une bonne réponse et une mauvaise réponse. Et plus leurs réponses sont mauvaises, ou plus ils s’éloignent de ce que le professeur attend, plus la note descend. Mais ce n’est pas le cas dans la vie. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Il y a plusieurs voies.

Recommandation N°3 : apprenez à vos enfants à ne pas attendre une seule et unique bonne réponse. Faites en sorte qu’il pense par lui-même et ne cherche pas à se conformer à ce qui est attendu. Et pour cela, il est nécessaire de lui laisser faire des expériences. Et ne pas les sur-protéger. Bon, ca, c’est dur.

Soyez vous-même inspirant

Nos enfants nous prennent en modèle. Pour qu’ils soient créatifs, soyons le nous-mêmes.

Recommandation N° 4 : créons, racontons des histoires, inventons des chansons, inventons des jeux… Plus nous le serons, plus nous leur donnerons l’autorisation de l’être…

Au fait : avez-vous décidé que vous étiez créatif ? ou pas ? 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s