Action solidaire : très belle initiative à proposer aux enfants

À l’occasion des fêtes, « Mon Quotidien » propose une très belle initiative aux enfants : écrire une carte de Noël à un sans-abri. Cette carte leur sera distribuée au moment des fêtes de fin d’année par l’association Sakado. L’occasion de faire réaliser à vos enfants un geste solidaire.

Ecrire pour un SDF

Depuis 2005, l’association SAKADO distribue aux sans-abris des sacs-à-dos à l’occasion des fêtes de fin d’année. Dans ces sacs-à-dos, on trouve :

  • des vêtements chauds
  • des produits d’hygiène
  • des petites douceurs festives (marrons glacés, chocolats…)
  • un élément culturel (livre, place de ciné…)

Ces kits sont préparés par des des bénévoles ou des étudiants.

Comme les sans-abris ne reçoivent jamais de courrier personnel, « Mon quotidien » a eu l’idée de proposer aux enfants de rajouter dans ces sacs une lettre écrite avec leur coeur. « J’ai 60 ans, j’ai vu des vieux briscards aussi vieux que moi, pleurer en ouvrant leur sac. Comme des enfants de 5 ans qui verraient le Père Noël » témoigne Thierry Teulade, co-fondateur de Sakado

Pour participer, il suffit de réaliser une carte sur une feuille A4 pliée en 2 et l’envoyer avant le 30 novembre à : Mon Quotidien, Opération Sakado, 14 bis rue des Minimes, 75 140 Paris Cedex 03.

Apprendre que faire une bonne action, c’est tout simple

Cette super initiative fait toucher du doigt aux enfants qu’aider les autres, faire une bonne action ne nécessite pas grand chose. Cela peut être un geste tout simple, mais fait avec le coeur : un sourire, une parole gentille, un message écrit avec le coeur…

Dans le blog Papapositive (que je vous recommande), un papa explique comment il fait entrer la notion d’altruisme dans le quotidien de ses enfants. Il a pris l’habitude de demander à son fils, tous les jours : “Qui as-tu aidé aujourd’hui ?”. Si l’enfant répond qu’il n’a aidé personne, il le fait réfléchir : « As-tu souri à quelqu’un ? Prêté quelque chose ? Expliqué un exercice ? Rendu un service ? » S’il n’a toujours pas d’idée, il complète : « as-tu reçu des sourires sans rien faire de particulier ? » En général, c’est oui. Il lui explique alors que sa seule présence et son attention peuvent ravir et réconforter quelqu’un. C’est tout simple. Et pratiquer cette réflexion tous les jours permet d’ancrer cette notion.

Aider les autres favorise l’estime de soi

Si on sait depuis longtemps qu’offrir fait autant plaisir que recevoir, on vient de découvrir que chez les jeunes, l’altruisme a un impact encore plus important : chez eux, il est directement connecté à la notion de bonheur et d’estime de soi. Plusieurs récentes études (américaines, canadiennes et chinoises) se sont penchées sur la question.

Des chercheuses de l’université de Californie et de l’université de Colombie britannique ont suivi 415 enfants de 9 à 11 ans scolarisés dans la région de Vancouver. Elles ont observé que faire des bonnes actions faisait gagner en ouverture vers autrui.

Plus que chez l’adulte, l’estime de soi d’un enfant repose sur la manière dont il se sent perçu par son entourage. Quand il aide une autre personne, l’enfant voit son estime de soi doublement renforcée : parce qu’il voit qu’il est capable de faire du bien, et parce qu’il reçoit des compliments ou des mercis. L’estime de soi est ce qui permet à l’enfant de trouver sa place vis-à-vis de ses camarades: c’est pourquoi ceux qui en manquent sont souvent la cible privilégiée des moqueries. «Mais dès que cette estime de soi s’améliore, il est fréquent de voir les attaques cesser, simplement parce que l’attitude de l’enfant a changé. Il paraît alors moins vulnérable et va davantage vers les autres».

L’étude menée par Laura Padilla-Walker a démontré que les ados adoptant des comportements d’aide, de partage, de soutien envers à des personnes qui n’appartiennent pas au cercle de leurs proches affichaient une estime de soi plus importante un an plus tard. « Aider les inconnus aurait un impact sur l’identité morale ou la perception de soi d’une façon plus significative que les services rendus aux proches, bien que ces derniers restent évidemment bénéfiques.« 

Padilla-Walker recommande donc aux parents d’encourager leurs ados à aider des inconnus. « Les parents d’ados qui ont tendance à se focaliser sur eux-mêmes peuvent les aider en leur offrant des opportunités d’aider et de servir les moins bien lotis« , estime Padilla-Walker. Cela leur permet d’augmenter leur confiance, le respect et la valeur de leur personne à une période complexe d’exploration de sa personnalité, et de moins se focaliser sur leurs propres problèmes.

Alors, vous pouvez aussi leur proposer de participer à l’opération Sakado dans son ensemble :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s