5 raisons pour apprendre en musique

Commençons par un petit jeu : vous rappelez-vous des paroles de ces musiques ?

La musique a un pouvoir fascinant : celui de s’ancrer longtemps dans nos têtes. Je ne sais pas vous, mais personnellement, je serais capable de chanter plein de chansons que je n’ai pas entendues depuis longtemps alors que je me souviens de peu de dates de l’histoire de France et de quelques éléments du tableau de Mendeleiev (pour ceux qui veulent se rappeler du tableau, lire cet article :-))

La musique intéresse beaucoup la science. Certains chercheurs ont découvert que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer retrouvent la mémoire quand il s’agit de chansons… Emma Gray, psychologue clinicienne spécialisée en psychologie de l’éducation au British Cognitive Behaviour Therapy and Counselling à Londres, a révélé que la musique serait un important facteur de réussite dans les études car elle “permet de stimuler l’apprentissage et d’améliorer la concentration.”

Concentration, mémorisation, activation des neurones : faut-il mettre de la musique quand on fait ses devoirs ? Faut-il utiliser la musique dans les apprentissages ? Petit tour d’horizon pour savoir ce que la musique peut apporter et quel type de musique.

1/ La musique développe de nouvelles connexions dans le cerveau.

Hervé Platel est l’un des premiers chercheurs, à avoir observé le cerveau sous l’influence de la musique grâce à l’IRM. Jusque-là, on pensait que les deux hémisphères du cerveau jouaient un rôle complémentaire. Le gauche intervenant dans la logique et le langage. Le droit dans la partie artistique. « Or la musique engage le cerveau dans sa globalité, elle le sollicite dans des zones qui ont des fonctions beaucoup plus larges, explique le chercheur. Ecouter une oeuvre musicale crée dans le cerveau une véritable « symphonie neuronale » mettant en jeu les quatre lobes cérébraux, le cervelet ou encore l’hippocampe, surtout connu pour son rôle dans la mémoire. ».
Le cerveau crée ainsi de nouveaux neurones et multiplie les connexions entre les synapses pour être plus efficace. Il se développe.

2/ La musique facilite certains apprentissages.

Selon Jonathan Bolduc, chercheur à l’université de Montréal, les activités musicales favoriseraient le développement de la conscience phonologique et plus particulièrement les habiletés à percevoir, segmenter et manipuler les rimes, les syllabes et les phonèmes. 

Ainsi, par exemple, la musique faciliterait l’apprentissage de la lecture. Des chercheurs canadiens ont suivi deux groupes d’élèves de 7 et 8 ans. Un des deux groupes consacrait moins de temps que l’autre à la lecture pour laisser de la place à des activités musicales : rythmes, des chansons ou des compositions rythmiques. C’est ce groupe qui a le mieux assimilé le vocabulaire…

C’est aussi vrai pour l’apprentissage de langues étrangères. Des chercheurs de l’Université d’Edimbourg ont démontré que le fait de chanter dans une langue qu’on ne maîtrise pas facilite grandement son apprentissage.

3/ La musique crée l’état d’esprit parfait pour étudier.

La facilité d’apprendre vient de la détente, pas du stress ni de l’effort. Or, il a été démontré que la musique permettrait de réduire la pression artérielle, le rythme cardiaque et le stress. « La musique détend le corps, calme la respiration, nous met dans un état de réception optimale. » explique Bruno Hourst, chercheur en pédagogies nouvelles. La musique conditionnerait donc la personne pour apprendre avec plaisir.

4/ La musique stimule le plaisir.

Pourquoi peut-on écouter en boucle une musique qui nous plait ? Parce que, d’après Pierre Lemarquis, neurologue, « quand une musique nous plait, cela active dans notre cerveau une zone qui libère des substances chimiques de bien-être » : 

  • la dopamine, le neuromédiateur du plaisir et du désir, 
  • l’ocytocine, l’hormone de l’amour et de l’attachement, 
  • la sérotonine, reconnue pour ses vertus antidépressives,
  • et également les endorphines, qui vont calmer nos douleurs et nous procurer une sensation de bien-être. 

« La musique que l’on aime améliorera nos facultés cognitives, parce qu’elle nous procure du plaisir. Quand la musique ne laisse pas notre cerveau indifférent, la pratique musicale a un impact démultiplié sur nos performances intellectuelles. », poursuit Isabelle Peretz, chercheuse québécoise en neurosciences, dans son livre Apprendre la musique, nouvelles des neurosciences

5/ La musique aide à mémoriser.

La musique facilite la mémorisation.

  • On retient parce qu’on répète : quand on aime… on ne compte pas… C’est bien connu. Et donc on répète ! La répétition entraine la mémorisation. Comment apprend-on les paroles ? Parce qu’on se les passe en boucle. 
  • La musique permet de graver ou « engrammer » les souvenirs plus profondément car elle charge les informations en émotion.
  • Lorsque le texte et la mélodie sont compatibles, l’information verbale mêlée à l’information musicale donnent un résultat facile à mémoriser. « Ce stimulus particulier augmente l’activité de l’hippocampe, une région cérébrale décisive dans la formation de la mémoire et dans la récupération des informations enregistrées”, explique Emmanuel Bigand, Directeur LEAD CNRS à l’Université de Dijon. En mobilisant plusieurs parties du cerveau, la musique s’« inscrit » à plusieurs endroits différents du cerveau.
  • On sait aussi que le cerveau consomme moins de glucose, moins d’énergie, pour apprendre une chanson qu’un texte.

De nouvelles méthodes naissent donc pour faire apprendre aux élèves leurs cours. Telle cette étudiante qui a écrit et composé des chansons pour retenir toutes les dates pour le brevet :

Ou encore ce professeur qui rappe les théorèmes de mathématiques, ce professeur d’anglais qui rappe les verbes irréguliers en anglais :

Ou encore, enfin, cette application, Studytrack, qui propose aux élèves tous les cours sous forme de chanson modernes.

Comment utiliser la musique ?

  • Au début d’un cours ou d’une séance de révision pour créer un état d’esprit propice à l’apprentissage (libérer les dopamines ou relaxer)
  • Pendant les temps de réflexion personnelle, d’appropriation, de concentration – le son doit être réglé de manière à être audible sans devenir trop prégnant.
  • Pour mémoriser des cours : se réciter un contenu sur une mélodie, selon un rythme donné. Vous vous souvenez encore de certaines déclinaisons de latin comme « rosa rosa rosam » ? Et bien c’est la même chose. Si vous utilisez une mélodie pour apprendre vos leçons, vous vous en souviendrez plus rapidement. Et encore mieux si vous faites le travail de créer le texte et l’adapter a la mélodie et au rythme de la musique que vous avez choisie. 

1 musique = 1 apprentissage ?

Une étude commandée par Spotify a associé certains tempo de musiques à des apprentissages. Ainsi, écouter de la musique classique – 60 à 70 battements par minute, la fréquence moyenne du rythme cardiaque – favoriserait les révisions portant sur les mathématiques.

À l’inverse, pour l’anglais ou les arts stimulent la partie droite du lobe du cerveau en charge des “pensées originales et créatives”. Le rock ou la musique pop – 50 à 80 battements par minute – boosteraient la créativité et encourageraient les pensées logiques permettant au cerveau d’apprendre et de retenir de nouvelles informations. 

Et vous, comment utilisez-vous la musique ?

Petit bonus : saviez-vous que la musique rendrait les hommes plus attirants pour les femmes qui les observent ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s