7 astuces pour déconnecter les enfants des écrans

Je ne sais pas vous, mais j’ai l’impression que les écrans deviennent une constante dans les discussions entre parents. Objectif : comment lutter contre le pouvoir insidieux des écrans sur les enfants ? Il semblent que les enfants n’attendent qu’une seule chose : pouvoir jouer aux jeux vidéos ou se connecter à un écran d’une manière ou d’une autre. « Je m’ennuie » est devenu une autre façon de dire « je veux des écrans« . Et même, lorsqu’ils invitent des copains, c’est … pour jouer aux jeux vidéos, côte à côte ! Que faut-il donc faire ?

Accros aux jeux vidéos

Il existe plusieurs raisons qui font que les jeunes sont aussi demandeurs d’écrans :

  • la communauté crée une pression (« si je ne joue pas, je vais être rejeté« ). Pour l’anecdote, dans le lycée de mes enfants, les enfants ont le droit de prendre leur téléphone portable durant le temps de la récréation hors du bâtiment. Conclusion : ils sont tous sur leur téléphone portable, en train de jouer virtuellement avec leurs copains qui sont juste à côté d’eux. Et ceux qui n’ont pas de portable … restent seuls !
  • les écrans fascinent (il suffit de regarder des bébés scotchés devant la télé). Est-ce l’image ? la lumière bleue ?
  • les jeux vidéos et dessins animés sont conçus pour créer de l’addiction (« maman, je peux me connecter tous les soirs car sinon je ne vais pas obtenir le grand monstre que j’attends » / « je dois voir la suite des épisodes sinon je ne comprendrai rien« )
  • … et c’est la facilité pour les parents. Quand on est en voiture, quand on veut que les enfants soient calmes, les mettre devant un film ou un jeu vidéo est une garantie de calme… C’est bien tentant, non ? Qui n’a pas déjà eu recours à ces outils magiques ?

Bref, tout ca fait que si on ne s’en préoccupe pas, ils passent facilement tout leur temps libre devant les jeux vidéos…

Comment les déconnecter ?

Quand on lit toute la presse sur les jeux vidéos, on a de quoi s’affoler sur les conséquences de ceux-ci sur nos enfants. De nombreuses règles ont été proposées pour aider les parents à savoir comment gérer en fonction des âges.

Il y a d’abord la règle des 3-6-9-12, développée par Serge Tisseron :

  • pas de télé avant 3 ans
  • pas de console de jeu avant 6 ans
  • internet accompagné a partir de 9 ans
  • internet seul après 12 ans

Et concernant le temps d’écran, il est recommandé d’octroyer « une heure par année d’âge par semaine ». Concrètement, cela veut dire qu’un enfant de 4 ans peut passer quatre heures à regarder un écran par semaine, un enfant de 5 ans cinq heures, et ainsi de suite… Avec une limite à douze heures par semaine.

Comment dès lors faire en sorte que le temps de connexion soit raisonnable, et qu’ils ne passent pas tout leur temps libre à attendre d’avoir le droit de jouer ou de regarder une vidéo ?

1/ Interdit d’interdire

Interdire totalement n’est pas une bonne idée : cela crée de la frustration, et ils n’ont de cesse que de pouvoir jouer ! Cela les éloigne également de leurs copains, puisqu’ils ne peuvent pas parler avec eux de sujets du moment.

Néanmoins, ne pas interdire ne signifie pas laisser en libre-service. Il est nécessaire d’établir un cadre : fixer un temps d’écran et des tranches horaires (après le travail scolaire). Voilà quelques techniques qui fonctionnent bien :

  • les écrans ne sont pas dans la chambre et à disposition des enfants. Ils doivent demander leur utilisation.
  • fixer à l’avance une durée limitée, au-delà de laquelle ils devront arrêter leur jeu. Les enfants apprécient les contrats.
  • prévenir quand il ne leur reste plus que quelques minutes. En général, ils n’ont aucune idée du temps qui passe, et n’aiment pas se voir interrompus au beau milieu de leur partie…
  • indiquer quand ils pourront re-jouer. Tout comme les adultes, les enfants aiment attendre un évènement avec impatience !

2/ Jouer avec eux

Pas toujours facile, mais ils apprécient. Cela permet de découvrir leur univers, mieux comprendre ce qui les intéresse, pourquoi ils ont envie de jouer et de pouvoir en parler avec eux. Ça nous aide à voir ce qu’ils vont chercher de positif dans leurs jeux et quelle est leur motivation.

Jouer avec eux permet également de décider quand le jeu doit s’arrêter. En général, ils acceptent de s’arrêter quand l’adulte s’arrête.

3/ Le permis à point

J’ai découvert une technique très sympa : celle de proposer aux enfants de gagner des heures de jeu vidéo en faisant des actions qui lui permettent de gagner des points.

Attention : ces actions ne doivent pas être de l’aide à la maison (vaisselle, courses, sortir les poubelles, tondre…). En effet, si l’on commence à « rémunérer » ce type de tâches, les enfants vont systématiquement négocier l’aide qu’ils peuvent apporter à la maison (voir l’article sur l’effet Sawyer).

Proposez-leur plutôt de gagner des points en faisant des activités ludiques en famille. Vous pouvez, par exemple, décréter qu’une partie de Monopoly vaut 10 points. Et au bout de 50 points, 1 heure de jeu video. Cela permet de leur faire re-découvrir les plaisirs du jeu en famille… Et possiblement réduire naturellement le besoin de jeux vidéos.

4/ En voiture, écouter des histoires

Depuis plusieurs années, nous avons découvert en famille, le pouvoir des histoires audio en voiture. Les enfants se laissent happer par l’histoire (même les ados), et nous les parents également. Nous écoutons notamment :

  • les contes musicaux de Marlene Jobert (depuis, nos enfants connaissent très bien Vivaldi, Bach, Bethoveen,… je vous le recomande chaudement !)
  • « les contes pour enfants » de Alain Royer

Mais les préférés de la famille sont, de loin :

Un podcast « Encore une histoire » est d’ailleurs né sur cette idée : proposer aux enfants des contes audio pour éviter qu’ils ne restent scotchés sur les écrans.

5/ Limiter le temps d’écran… de toute la famille

Ah ben oui, ca c’est compliqué. En fait, les enfants font comme les parents. S’ils sont sur leur ordinateur ou leur smartphone trop souvent… les enfants le prennent comme une donnée naturelle. Comme pour tout, les adultes doivent montrer l’exemple

6/ Organiser des activités

Pareil, c’est effectivement plus simple de laisser son enfant devant des jeux vidéos plutôt que de faire des activités avec lui. Cela signifie aussi accepter un peu de pagaille à la maison et de bruit. Des pistolets nerf, par exemple, créent une bonne activité à la maison (même chez des ados de 15 ans :-)).

7/ Noter sur un carnet les heures de jeu

Enfin, on peut demander à l’enfant de noter sur un carnet les heures qu’il passe devant ses jeux/les écrans pendant une semaine ou un mois, par exemple. Ainsi, il aura un portrait réaliste du temps qu’il passe à jouer, et ça peut susciter une réflexion de sa part ou en tous cas servir de bonne base de discussion…

Et vous, avez-vous des techniques qui marchent ? Partagez en commentaire.

Commentaires

2 comments on “7 astuces pour déconnecter les enfants des écrans”
  1. Solenne dit :

    Le permis à point est une belle idée, mais je crains toujours que la seule motivation ne devienne l’écran. Dur-dur de les motiver à lâcher l’écran, à leur faire comprendre ce qu’ils ont à y gagner.
    D’autant plus difficile quand on passe soi-même des heures sur écran entre ordinateur et téléphone…(fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais…)

    Aimé par 1 personne

    1. Valérie dit :

      ah ca c’est vrai… finalement, c’est nous qu’il faut désintoxiquer….

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s